Ai-je un bon système immunitaire ? Facteurs et Risques.

Voici les thèmes que nous abordons ici dans cette article :

  • Fonctionnement du système immunitaire
  • Différences & facteurs impactant le système immunitaire 
  • Comprendre les origines des différences d’une personne à l’autre
  • Les facteurs impactant négativement la santé et l’immunité
  • Les symptômes suivants peuvent être les signes d’un système immunitaire affaibli

Les Principes d’un bon Système immunitaire

Définition et Rôle

Notre système immunitaire est un système de défense hautement complexe et nous défend contre les micro-organismes pathogènes. En biologie, l’immunité fait référence à la capacité qu’a le corps de se défendre contre des substances menaçantes pour son bon fonctionnement ou sa survie.

Ces « menaces » peuvent être de 3 ordres : des microbes (virusbactéries, champignons, parasites), des cellules devenues cancéreuses ou un corps étranger (une écharde, aussi bien qu’un organe greffé). Donc aussi bien contre les infections courantes, comme le rhume et la grippe, mais aussi les longs combats contre le cancer. 

Imaginons une légion de minuscules soldats prêts à combattre lorsque surgit une menace à la santé. 

Est-il important d’avoir un système immunitaire sain ?

Avoir un système immunitaire sain est non seulement un gage de santé, mais aussi de vie! Sans système immunitaire, une banale éraflure deviendrait fatale puisque l’éraflure expose nos tissus à une foule de microbes naturellement présents dans l’air, dans l’eau et sur la peau.
Dans les transports en commun, en famille ou au travail, nous sommes entourés de microbes qui, si notre système immunitaire s’affaiblit, ne demandent qu’à s’exprimer avec force symptômes en nous. 

Si notre système immunitaire est généralement efficace, il peut avoir besoin d’un coup de pouce pour fonctionner de manière optimale. Les scientifiques ne connaissent pas très bien les caractéristiques de la réponse immunitaire « optimale ». Toutefois, ils savent que le système immunitaire serait en lien, par un système de communication complexe, avec pratiquement toutes les régions du corps.

Symptômes et processus de défenses de l’organisme

La fièvre et l’inflammation sont des exemples d’armes employées par l’organisme pour le protéger d’agressions éventuelles.

Une fièvre est produite par votre système immunitaire dans le cadre d’une inflammation; il peut tuer à la fois les virus et les bactéries. Le corps supporte une augmentation de température beaucoup mieux que les microbes, mais il y a une limite à la fois pour le confort et la sécurité.

Différences de l’immunité observées selon les personnes ou selon les périodes

Notre système immunitaire est une merveille ! Lorsqu’il est en bonne santé, aucune infection ne peut lui résister, notamment les infections hivernales comme le rhume et la grippe.
Le corps dispose de deux types de fonctions immunitaires : l’immunité innée qui empêche les maladies de pénétrer l’organisme et l’immunité adaptative qui élimine ou qui empêche le développement des agents pathogènes tels que les virus et les bactéries dans l’organisme. 

Toutefois, ce renforcement de l’immunité n’est pas aussi immédiat qu’on pourrait l’imaginer. Les chercheurs ont encore beaucoup de choses à comprendre à propos du système immunitaire, mais ce dont nous sommes sûrs, c’est du lien tangible entre système immunitaire et nutrition.

Cela dit, on remarque aussi que certains adultes apparemment en bonne santé et possédant une quantité normale de cellules immunitaires (selon les analyses sanguines) contractent souvent des infections comme le rhume ou la gastroentérite. Au contraire, dans des conditions similaires, d’autres y sont plus résistants. La différence se jouerait essentiellement sur le plan des habitudes de vie. 

En effet, de nombreuses données provenant d’études épidémiologiques indiquent que qu’un style de vie sain : l’alimentation, le tabagisme, le sommeil, l’activité physique, le degré de stress, la qualité des relations humaines et le milieu de vie (la pollution de l’environnement) sont des éléments qui vont tous affaiblir notre terrain, influencent tous la qualité de la réponse immunitaire, et rendent notre système immunitaire moins efficace.

C’est ce que nous voyons de façon plus appronfondie ici :

La capacité du système immunitaire à défendre le corps n’est pas immuable; elle est plutôt variable. Ainsi, lors de certaines périodes, et en présence de divers facteurs, la « compétence » du système immunitaire peut être compromise.

Facteurs reconnus comme pouvant « affaiblir » le système immunitaire

Les facteurs impactant négativement la santé et l’immunité, sont les suivants  :

  • La malnutrition. Une alimentation non équilibrée en quantité ou en qualité est la plus importante cause de déficit immunitaire à travers le monde et rend vulnérable à plusieurs maladies infectieuses. Elle se rencontre essentiellement là où la pauvreté et la famine sont présentes.
  • Les carences. Dans les pays industrialisés, la carence en micronutriments est de plus en plus courante. La popularité de la malbouffe explique en partie ce phénomène. Cette forme de malnutrition résulte d’un manque de vitamines et de minéraux. Des études sur des animaux ont montré qu’une déficience en un seul des micronutriments suivants nuit aux fonctions immunitaires : le zinc, le sélénium, le fer, le cuivre, le calcium, l’acide folique ou les vitamines A, B6, C.
  • La sédentarité, et à l’inverse, le surentraînement.
  • Le manque de sommeil, notamment si on dort moins de 7h.
  • Le tabagisme : évitez de fumer. Le fait de fumer affaiblit considérablement votre système immunitaire et augmente de beaucoup votre risque de contracter certaines infections et de développer un cancer. Une motivation de petit changement pour prendre soin de vous et de vos proches.
  • Le stress chronique. L’un des multiples effets du stress chronique sur le corps est de réduire la capacité du système immunitaire à réagir.
  • L’exposition aux toxines, notamment par l’utilisation de produits de nettoyage domestique chimiques et d’herbicides sur les pelouses, et par la consommation de fruits et de légumes vaporisés d’insecticides.
  • L’exposition aux polluants atmosphériques extérieurs ainsi qu’à ceux qui se propagent à l’intérieur des habitations (moisissures, bactéries, tabac et gaz de combustion).
  • Le surplus de poids et l’obésité. Les fonctions immunitaires semblent lésées par l’excès de tissu adipeux, selon des études chez l’humain et chez l’animal. On a même observé que l’obésité accroissait le risque de contracter certains microbes bien précis, comme l’influenza (responsable de la grippe) et l’Helicobacter pylori (associé aux ulcères gastroduodénaux). Les changements hormonaux et la présence accrue de substances pro-inflammatoires pourraient être en cause. Des études récentes ont d’ailleurs démontré que l’obésité provoque une baisse de la réponse immunitaire.
  • Une maladie chronique ou grave : le diabète, une maladie pulmonaire, un trouble cardiovasculaire, une maladie rénale, un cancer, une infection au virus de l’immunodéficience humaine (VIH), etc.
  • Un traitement : par exemple, de la chimiothérapie contre le cancer. Ou des utilisations d’antibiotiques inappropriés, il est mieux d’être accompagné par un médecin.
  • L’âge : les personnes âgées ont généralement un système immunitaire qui répond de façon moins rapide et moins forte aux infections que les adultes d’âge moyen. D’ailleurs, cela explique que la vaccination soit moins efficace chez celles-ci. Leur plus petit appétit et leur alimentation moins variée l’expliquent en partie. L’amincissement de la peau, l’assèchement des muqueuses et la guérison plus lente des plaies y contribuent aussi beaucoup. En effet, l’enveloppe du corps est le garde-fou le plus important contre les infections. Avec le temps, le corps produit aussi moins de globules blancs. 

Il est d’ailleurs connu depuis longtemps qu’avec l’âge ou la maladie, l’immunité s’affaiblit et le corps devient plus vulnérable aux infections. Ces dernières deviennent souvent plus fréquentes et plus graves. Une grippe banale peut alors dégénérer en pneumonie et être fatale

Nous observons même de nos jours un affaiblissement du système immunitaire chez les enfants, principalement dû à leur attirances vers le sucre, junk-food.

Signes d’un système immunitaire affaibli

Les symptômes suivants peuvent être les signes d’un système immunitaire affaibli:

  • Une fatigue persistante, qui cache souvent un stress chronique ou un manque de sommeil, 2 facteurs qui affaiblissent l’immunité.
  • Une sensibilité accrue aux infections, qui s’observe par des rhumes fréquents, des infections urinaires, des éruptions d’herpès, des vaginites à répétition, une verrue persistante, etc.
  • Des blessures qui prennent du temps à guérir ou à cicatriser.
Nous nous habituons à la fatigue mais cela révèle parfois des carences et une baisse de l’immunité

Une personne qui présente des signes de faiblesse immunitaire, ou qui souhaite mieux se défendre contre les maux courants devrait d’abord et avant tout se pencher sur son mode de vie. Nous détaillons les bonnes habitudes et style de vie à adopter par la suite.

Si vous avez des signes de faiblesse immunitaire, il serait utile d’obtenir une analyse sanguine (prescrite par un médecin) et une évaluation de vos habitudes alimentaires par un nutritionniste.

Note importante : je ne suis pas docteur ni épidémiologiste, je suis une auteur qui a l’habitude de baser ses écrits sur des recherches scientifiques sérieuses. Presque chaque lien de mes articles renvoient vers une source scientifique, que je vous encourage à consulter pour vous faire votre propre avis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Retour haut de page
Share via
Copy link